geolocalisation services securite

La géolocalisation au service des forces de sécurité !

Les forces de l’ordre et les services de sécurité font face à des incivilités toujours plus nombreuses. Face à ce constat, les intervenants doivent se doter de moyens modernes adaptés à l’évolution de leurs missions. Les systèmes de géolocalisation constituent un outil particulièrement performant.  C’est la raison pour laquelle, ils sont de plus en plus utilisés à l’instar de la police nationale avec le dispositif Pégase.

1.  La géolocalisation, c’est quoi ?

La géolocalisation est un procédé permettant de positionner une personne ou un objet à partir d’un terminal embarqué. Celui-ci transmet ses coordonnées géographiques vers une application informatique. Ce logiciel propose une cartographie associée à de nombreuses fonctionnalités.

Différentes techniques de géo-localisation peuvent être utilisées pour récupérer les positions : constellation de satellites, antennes GSM (triangulation), technique de géolocalisation par wifi, adresses IP des équipements, etc.

Un archivage électronique des données de géolocalisation reçues permet une exploitation ultérieure dans le cadre d’opérations de contrôle.

Les données peuvent aussi être transmises en temps réel grâce à un moyen de télécommunication de type solution LTE >>, GSM, GPRS, Radio ou satellite. Ces dernières sont envoyées à des intervalles plus ou moins réguliers automatiquement ou sur demande.

Dans le cadre de leurs activités de patrouille, les forces de l’ordre font appel à des systèmes de radiolocalisation. Ce dispositif permet la transmission de positions en temps réel via les fréquences des réseaux radios privés.

2.  La géolocalisation: le deuxième coéquipier de l’agent de sécurité !

Pour de nombreuses acteurs du maintien de l’ordre à l’instar des Polices Municipales, un service de géolocalisation présente de nombreux avantages >>.

La géolocalisation constitue d’abord une aide précieuse pour une gestion plus efficace de l’activité quotidienne. Ainsi, suite à un événement signalé, un agent ouvre traditionnellement une fiche de synthèse. Ce document regroupe toutes les informations utiles pour être ensuite communiqué par un opérateur radio. A l’aide de la cartographie du logiciel, celui-ci va contacter par radio l’intervenant le plus proche de l’événement. Par la suite, l’opérateur pourra également assister son collègue dans le déroulement de sa mission.

Un dispositif de suivi de flotte permet également un pilotage plus rapide des événements. Pour toutes les situations d’urgence ou de crise (accidents, vols en cours, délits de fuite, etc…).

Se géolocaliser permet de réduire les temps de réaction. Il contribue également à une meilleure coordination des équipes sur le terrain par une information en temps réel : statuts de chaque agents (« disponible », « en opération », etc…), identification de la patrouille la plus proche, comptage des renforts mobilisables, etc.

Enfin, la géolocalisation par GPS est un outil particulièrement utile pour assurer la sécurité des équipes sur le terrain. L’opérateur au poste de contrôle garde en permanence une vision sur l’ensemble des agents en intervention. A tout moment, un policier peut déclencher une alerte manuelle sur son terminal radio doté d’un bouton de détresse. L’information est immédiatement remontée au logiciel de supervision. Celui-ci affiche une alerte visuelle et sonore sur le plan avec la position de la personne concernée. Le superviseur peut alors lancer les actions appropriées pour venir en aide à son collègue. Les intervenants utilisent notamment des techniques de défense et de neutralisation >>.

3.   Bien comprendre toutes les fonctionnalités offertes

Un système de géolocalisation n’indique pas seulement la position géographique des terminaux. Celui-ci propose aussi de nombreuses fonctionnalités complémentaires.

Certaines sont particulièrement intéressantes :

  • Suivi en temps réel pour une réactivité maximale
  • Historique pour analyser les opérations passées
  • Détermination du nom et du numéro d’une rue à partir de la position (reverse geocoding)
  • Trajets détaillés sur carte
  • Détection de mouvement et repérage des arrêts
  • Vitesse de déplacement
  • Détection d’immobilité prolongée (perte de connaissance d’une personne isolée)
  • Affichage visuel et sonore d’une alarme manuelle
  • Geofencing (gardiennage virtuel) : permet de surveiller la position et le déplacement d’un terminal par rapport à une zone particulière (site Seveso, etc…) et de déclencher automatiquement une alerte en en cas d’entrées et/ou de sorties de zone
  • Rapports d’alarme pour étude ultérieure

Bien entendu lorsque le service de gestion du système de géolocalisation est délégué à un sous-traitant, il convient de choisir avec soin son centre de télésurveillance >> pour assurer l’efficacité du dispositif.

Certains voient dans les outils de géolocalisation un moyen de contrôle des agents. En réalité, les retours d’expérience démontrent le contraire. En effet, les opérateurs radio ont au quotidien suffisamment de travail pour ne pas faire de la surveillance ! Il s’agit donc plus d’une appréhension inconsciente qui disparaît après seulement quelques semaines d’utilisation. Le dispositif démontre rapidement tous ses atouts grâce aux nombreux services apportés.

 

En définitive, la géolocalisation par satellite s’adapte donc parfaitement aux besoins des forces de maintien de l’ordre. Ce dispositif contribue pleinement à une meilleure organisation de leurs missions. Il permet également une plus grande réactivité et un renforcement de la sécurité des agents sur le terrain.

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *