risque infectieux police municipale mesures preventives

Face aux risques infectieux, comment mieux se protéger ?

Policier municipal, ASVP, patrouilleur, enquêteur… vous êtes en première ligne au contact des individus lors de bagarres, fouilles, arrestations, etc. De plus, vos missions auprès d’une population potentiellement malade (grippe, épidémie…) vous exposent à des risques infectieux non négligeables !

En contact permanent avec le public, votre métier implique d’évaluer les risques infectieux potentiels et les mesures à prendre. En effet les interventions auprès de malades, blessés, utilisateurs de drogues, prostituées ou encore animaux errants… sont autant d’occasions de contamination (sang, liquides biologiques, objets contaminés…) !

 

1. Quels sont les principaux risques infectieux chez les agents municipaux ?

Les risques infectieux au contact de la population :

Assurer une mission de tranquillité publique n’est pas sans danger pour votre santé ! En tant que policier municipal ou agent de surveillance de la voie publique (ASVP) vous êtes fréquemment exposé à des risques infectieux. Que vous soyez sur la voie publique, sur les lieux d’un accident ou sur le lieu d’une intervention.

En effet, dans l’exercice quotidien de votre fonction vous êtes constamment au contact du public. Ce dernier peut potentiellement être porteur d’une infection. Qu’il s’agisse d’une maladie bénigne ou d’une infection virale plus grave comme dans le cas de la pandémie du coronavirus.

Dans tous les cas, on constate que les modes de transmission sont multiples :

  • Premièrement, la transmission du risque peut se faire par contact direct ou indirect via le sang ou les liquides biologiques d’individus contaminés. La transmission est également possible au contact de dépendants aux drogues qui peuvent être porteurs de virus : hépatite B ou C, VIH, grippe…
  • Deuxièmement, elle peut se faire par contact direct ou indirect avec des pathogènes tels que le tétanos.
  • Enfin, avec un risque professionnel plus rare mais non négligeable, l’infection d’un agent peut se faire par contact, par voie orale (hépatite A), cutanée (gale) ou aérienne (tuberculose ou COVID-19).

Les risques infectieux au contact des animaux :

La prise en charge des captures et du transport des animaux présente également un risque infectieux. Les principaux risques sont alors associés aux animaux domestiques, errants, perdus ou dangereux (reptiles, araignées…). Sans oublier les cadavres d’animaux qui sont autant de sources de germes et de maladies transmissibles à l’homme.

Tous ces contacts vous exposent à des risques de blessures, de morsures ou d’infection (virus de la rage).

Pour en savoir plus sur les risques infectieux, consultez la fiche facteurs de risques professionnels établie par le CNFPT >>.

 

2. Quelles mesures préventives pour limiter les infections des agents ?

Plusieurs mesures préventives peuvent vous aider à prévenir les risques infectieux propagés par les civils ou les animaux.

En voici quelques unes  :

  • Utilisez des équipements de protection individuelle (EPI) adaptés aux risques infectieux : gants jetables, gants renforcés (contre les risques de morsures), masques de protection FFP filtrant les particules, costume de protection… . Par exemple, le port de gants jetables comme protection personnelle des policiers municipaux est indispensable avant toute intervention sur un individu potentiellement contaminé.
  • Choisissez des éléments de capture adaptés à la neutralisation des animaux errants ou dangereux : lassos, laisses, muselières, cages… . Et optez pour un véhicule adapté au transport d’animaux, tel qu’un fourgon de capture avec grillage. Il permet de limiter les risques infectieux par attaque ou morsure de l’animal.
  • Informez-vous sur les mesures sanitaires préventives auprès de l’organisation du travail. En effet, les gestes barrières, le lavage régulier des mains, les règles de distanciation sociale… sont autant de mesures efficaces contres les risques infectieux lors de la fouille des prévenus ou lors de la manipulation des pièces à conviction par exemple.
  • Contrôlez régulièrement les vaccins. Il est important de rester vigilant sur le vaccin du tétanos dont le rappel est conseillé tous les 10 ans. Aussi, si vous êtes en contrat fréquent avec les animaux, le vaccin antirabique (rage) s’avère essentiel.

Un équipement adapté à la profession de chaque agent municipal doit aussi prendre en compte les spécificités de sa mission : lieux et horaires d’intervention, mode de déplacement (brigade cycliste, brigade canine ou brigade équestre), etc.

3.      Comment déclencher efficacement l’alerte en cas d’infection ?

Dans le cas où vous soupçonnez des risques infectieux, alertez immédiatement les secours (SDIS, unité médicale d’urgence, cabinet vétérinaire…).

Pour ce faire, équipez-vous d’un terminal de communication professionnel adapté aux besoins et contraintes de vos missions de police :

  • Optez pour un moyen de communication radio de type talkie-walkie pro. Très simple d’utilisation, il vous permet de contacter les secours facilement sans avoir à composer de numéro. Les systèmes Push-over-Cellular (PoC) offrent une mise en relation instantanée d’un simple appui sur la touche d’appel push-to-talk (PTT) après sélection du destinataire préalablement enregistré.
  • Puis assurez-vous que le terminal est doté d’un bouton d’alerte dédié aux urgences. Qui plus est, que le terminal soit à la ceinture ou dans votre poche d’uniforme, cette alarme doit être très facile d’accès.
  • En dernier lieu, contrôlez la résistance du terminal aux éventuels coups, chutes, chocs, attaques… Sur ce point, la norme militaire MIL-STD-810 vous assure un haut niveau de robustesse.
  • Enfin, ne négligez pas la couverture de votre système de transmission : vérifiez le fonctionnement et l’absence de coupures lors de vos communications en réalisant des tests sur vos lieux habituels d’intervention.

Pour répondre à vos besoins, vous trouverez parmi les équipements de communication professionnels les nouveaux talkies-walkies LTE. Ces derniers utilisent les réseaux LTE (4G) / 3G multi-opérateurs pour vous offrir une couverture fiable et sans limite de distance et des fonctions d’appel, de sécurité et d’alerte.

Disponible en version portatif ou en version mobile, les terminaux radios LTE sont particulièrement adaptés aux besoins de communication et d’alerte dans les situations d’urgence : agression, vol, accident, risques infectieux, etc.

 

4.      Ce qu’il faut retenir

En conclusion, face aux risques infectieux liés à votre métier, vous devez connaitre les mesures préventives et les procédures d’alerte et d’aide aux personnes et animaux infectés. En effet, pour une intervention plus rapide des secours, rien de tel qu’un équipement de communication radio fiable.

Doté d’un moyen de communication et d’alerte performant, vous limitez également le stress et les risques psychologiques associés à l’exposition aux risques infectieux mais pas seulement. Vous contribuez à améliorer le bien être au travail >>. A l’échelle de la commune, les nombreux incidents à gérer sont autant d’occasions d’être bien équipé : incendies, inondations et autres risques naturels >>, risques attentat, etc.

 

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *