plan vigipirate sites cibles attentat

Organisation du plan Vigipirate, comment la collectivité territoriale sécurise les sites ?

Face aux risques majeurs de menaces terroristes et attentats, l’organisation du plan Vigipirate est renforcée. A l’échelle nationale, les acteurs du plan Vigipirate sont fortement mobilisés pour la sécurisation des sites. A l’échelle locale, les collectivités sont également très impliquées dans la mise en place de mesures opérationnelles additionnelles.

Un seul objectif : sécuriser les lieux publics prioritaires pour préserver la tranquillité et la sûreté des populations.

Pour mener à bien cette mission, la coordination de tous les acteurs impliqués dans l’organisation du plan Vigipirate est essentielle. Mais comment la collectivité territoriale s’organise-t-elle ? De plus, comment les dernières technologies peuvent contribuer à la sécurité des sites ? Quels sont les moyens de communication à privilégier ? Vous trouverez quelques éléments de réponse dans cet article.

 

1/  Comprendre l’organisation du plan Vigipirate

Rappel sur le dispositif Vigipirate

L’organisation du plan Vigipirate, dispositif de sécurité intérieure, relève du Premier Ministre. Il est établi pour l’ensemble du territoire français. Ce plan gouvernemental vise à lutter contre le terrorisme parmi d’autres dispositifs. Il est basé sur des actions de vigilance, de prévention et de protection des sites et des citoyens en cas de menaces.

Notez qu’il s’adapte au degré de la menace nationale sur un secteur donné suivant 3 niveaux. Ces niveaux sont activés sur le territoire national ou une zone géographique et/ou un secteur d’activité particulier.

Les niveaux du plan Vigipirate

plan vigipirate

  • 1er  niveau « Vigilance » : Ce niveau correspond à la posture permanente de sécurité contre une menace terroriste constante. Il comprend une centaine de mesures permanentes de sécurité appliquées sur tout le territoire et les secteurs d’activités pour une durée illimitée.
  • 2ème niveau « Sécurité renforcée – risque d’attentat » : Ce niveau « adapte la réponse de l’État à une menace terroriste élevée, voire très élevée ». Il active des mesures plus contraignantes en plus des mesures permanentes de sécurité.
  • 3ème niveau « Urgence attentat » : Ce seuil maximal est déclenché pour une durée très limitée. C’est le cas « à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action ». Ces dernières années, le niveau maximal « Urgence attentat » a été enclenché à plusieurs reprises. Vous avez l’exemple de l’attentat perpétré à la basilique Notre-Dame de Nice le 29 octobre 2020.

A partir de mars 2021, l’organisation du plan Vigipirate a franchi le niveau 2 « Risque attentat » sur le territoire national. En effet, dans un contexte sanitaire tendu, le niveau intermédiaire permet de maintenir un seuil de vigilance constant. Il contribue à la sécurité de nombreux bâtiments publics et notamment des établissements de santé, médico-sociaux et sociaux, centres de vaccination, etc.

 

Qui sont les acteurs de l’organisation du plan Vigipirate ?

De nombreux acteurs interviennent à différentes échelles du territoire. Avec des menaces plus fortes et fréquentes en France, la coopération s’est renforcée entre les collectivités territoriales et les services de sécurité de L’État. Sans oublier les opérateurs économiques publics et privés également actifs dans l’organisation du plan Vigipirate. On peut notamment citer les services de sécurité ou de sûreté.

  • Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, SGDSN (secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale)…
  • Armées, gendarmerie, police nationale…
  • Police municipale, mairie, sécurité civile, entreprises…

A l’échelle de la collectivité, le code de la sécurité intérieure rappelle le rôle des polices municipales. Leur mission dans l’organisation du plan Vigipirate est de garantir la sécurité locale sur le plan économique et social. En effet, les polices municipales interviennent sur la sûreté des établissements communaux.

Selon l’annexe 2 de l’article R 512-5 « Coopération opérationnelle renforcée » : « Les polices municipales des communes membres de l’établissement public de coopération intercommunale assurent la garde statique des bâtiments communaux ».

 

2/  Les nouvelles technologies de communication au service de l’organisation du plan Vigipirate

Bien entendu, la réussite de l’organisation du plan Vigipirate nécessite une communication entre tous ces acteurs. Dans un contexte de menaces terroristes, une communication rapide, sécurisée et résiliente est indispensable. Pour cela, vous devez privilégier un moyen de communication adapté à la gestion de crise !

Comment choisir votre technologie de communication ?

Afin de choisir votre moyen de communication, vous trouverez ci-dessous quelques critères importants.

  • Tout d’abord, choisissez votre solution en fonction de sa qualité de couverture. Vous devez disposer de communications fiables et d’une continuité de service. En effet, votre réseau de communication doit être opérationnel où que vous soyez et dans toutes les situations.
  • D’autre part, optez pour une technologie permettant des échanges hautement sécurisés. De cette façon vous évitez les risques de piratage de personnes malveillantes ou de potentiels assaillants, terroristes…
  • De plus, assurez-vous que votre moyen de communication offre des appels de groupe et des appels d’urgence. Ces types d’appels permettent la transmission d’une consigne en un seul échange à l’ensemble des personnes de l’organisation du plan Vigipirate.

Parmi les solutions de communication répondant à ces points de vigilance, vous avez par exemple la nouvelle solution radio hybride LTE & PMR (radiocommunication professionnelle)>>.

Quels sont les atouts des communications professionnelles LTE PTT pour organiser le plan Vigipirate ?

Avec la nouvelle solution radio LTE vous bénéficiez des avantages de deux systèmes éprouvés : les réseaux mobiles et la radiocommunication PMR.

D’une part, cette solution propose les capacités d’appels et de mise en sécurité étendues de la radiocommunication professionnelle. A partir du push-to-talk (PTT) du terminal, vous diffusez instantanément les consignes d’organisation du plan Vigipirate. Également, grâce aux nombreux choix d’appels des radios LTE, vous pouvez lancer des appels de groupe, des appels prioritaires et des appels d’urgence… Ainsi, vous ne perdez aucune seconde dans la transmission d’informations importantes pour la mise en sécurité des sites ! 

communication radio LTE plan vigipirate
Organisation du plan Vigipirate et exercices terrain

D’autre part, la solution radio LTE bénéficie de la couverture étendue de la téléphonie mobile multi-opérateurs. Elle fonctionne sur des réseaux LTE (4G) privés sécurisés et totalement étanches à Internet.

Enfin, vous disposez des fonctions de sécurité tel qu’un bouton d’alarme et une protection travailleur isolé. Vous avez également la possibilité d’envoyer des messages et statuts prédéfinis.

Dans le cas d’un attentat avec prise d’otages ou blessés par balles, avec l’ensemble de ces fonctions vous prévenez les renforts rapidement et en toute discrétion (niveau de confidentialité supérieur).

Comment l’innovation hybride LTE & PMR contribue-t-elle à une meilleure coordination du plan Vigipirate ?

Pour les responsables de l’organisation du plan Vigipirate en première ligne, la solution hybride LTE & PMR offre un niveau de résilience supérieur. Vous apprécierez ses atouts pour des missions critiques comme les services de secours, forces de l’ordre ou collectivités qui l’ont adoptée.

radio hybride LTE PMR
Solution radio hybride LTE et PMR

Grâce à son fonctionnement simultané sur les modulations PMR et LTE, vous profitez d’une continuité de service hors du commun. Et vous retrouvez les avantages des radios LTE évoqués précédemment. De plus, vous avez la possibilité d’interfacer ces deux moyens de communication (LTE et Hybride LTE/PMR) avec une passerelle dédiée. Ainsi vos utilisateurs équipés d’un poste LTE ou d’une radio hybride LTE & PMR peuvent échanger entre eux !

De plus, vous pouvez optimiser la réussite des entrainements pour une organisation du plan Vigipirate efficace. En effet, lorsque vous avez besoin de savoir où sont vos équipes terrain, vous pouvez utiliser le service de géolocalisation. Car les terminaux couplés au logiciel de suivi de flotte « LTE Tracking » vous permettent de suivre en temps réel leur position.

 

3/ Organisation du plan Vigipirate, des missions exigeant une coordination sans faille !

Si vous intervenez dans l’organisation du plan Vigipirate au niveau de la collectivité, vous agissez sur la sécurité des sites. Sur les sites susceptibles d’être visés par une action terroriste, vos moyens de communication vous accompagnent dans toutes vos missions.

Mission n°1 de l’organisation du plan Vigipirate : Sécurisation des sites

Ces sites sont choisis pour leur concentration d’individus ou encore leur valeur symbolique ou économique. Ces derniers peuvent l’être également pour la vulnérabilité des personnes qui les fréquentent (enfants, malades, retraités…). Au quotidien et lors d’événements attendus du public, votre mission est d’assurer la protection et la surveillance des bâtiments communaux. Mais pas seulement !

vigipirate securite mairies
Organisation du plan Vigipirate dans les établissements, mairies, centres culturels, hôpitaux…

Vous devez donc recenser les sites du plan vigipirate pouvant faire l’objet de menaces. Ils sont majoritairement des établissements recevant du public. Vous avez notamment des écoles, hôpitaux et établissements de santé, sites administratifs ou encore des locaux associatifs ou politiques, etc. Cet exercice de recensement vous demande une étroite collaboration avec les services de la mairie : service technique, urbanisme, logement, logistique…

Votre champs d’action s’étend même aux infrastructures de transport telles que gares, stations de métro, aéroports… . Les lieux du quotidien accessibles au public tels que centres commerciaux, marchés en plein air, parcs…ne sont pas en reste !

De plus, vous avez également comme sites à surveiller, les lieux culturels, sportifs ou de culte. Depuis l’attentat du 13 novembre 2015 du Bataclan à Paris, la vigilance est accrue devant les salles de concert, les stades de foot, etc. Le ministère de la Culture a mis en place sur ce sujet un guide de bonnes pratiques à destination des dirigeants de salles de spectacles, cinémas… >>.

 

Mission n°2 de l’organisation du plan Vigipirate : Rencontre des personnes ressources

vigipirate police et responsables securite
Rencontre des personnes ressources de l’organisation du plan Vigipirate

Ensuite votre mission pour chacun des sites est d’identifier les personnes ressources (responsables techniques, gérants, propriétaires…). Ces personnes sont chargées de la mise en œuvre du plan Vigipirate sur leur site. Rencontrez-les et ensemble étudiez la configuration, la spécificité et les contraintes des lieux.

Sur ce point, la réalisation d’un audit de sûreté du site peut vous aider à définir des mesures adaptées. Appuyez-vous également sur votre expérience terrain en matières de sécurité et de protections passives.

Pour les sites municipaux, vous pouvez intervenir sur divers aménagements dans l’organisation du plan Vigipirate. Vous avez notamment la définition de points de contrôle (filtrage) et la délimitation physique de zones (obstacles, voiture-bélier, etc.). Vous avez aussi l’aménagement d’issues de secours, etc.

La mise en place de mesures de protection renforcées est indispensable lors de rassemblements. Elles contribuent à freiner les ardeurs souvent sources de débordements. De plus, elles aident à établir un climat de confiance auprès des populations.

 

Mission n°3 de l’organisation du plan Vigipirate : Coordination des acteurs

Le plan Vigipirate exige une organisation millimétrée des nombreux acteurs, locaux et territoriaux cités. Gouvernement, mairie, gendarmerie, police, service départemental d’incendie et de secours (SDIS), référents de sites… Cette multiplication des interlocuteurs peut ralentir la diffusion d’informations. Elles sont pourtant capitales pour suivre l’évolution de la menace et connaitre la conduite à tenir en temps réel.

En cas d’intrusion ou d’attentat, des moyens de communication performants restent indispensables. Ils vous permettent de transmettre les consignes et d’échanger avec vos responsables de sites. Ces derniers doivent être prêts à enclencher les mesures de sûreté définies ! Sur ce point, n’oubliez pas de constituer un annuaire des responsables ou des référents de sites. Ainsi, au déclenchement d’une alerte, vous pouvez les prévenir rapidement de la situation.

 

Conclusion sur l’organisation du plan Vigipirate

En définitive, avec le dispositif Vigipirate des sites à risques vous avez une mission supplémentaire au sein de la collectivité. Le recensement des sites, la rencontre des correspondants et la mise en place d’un protocole de vigilance sont des travaux importants. Il en va de la mise en sûreté des populations et du maintien des services publics (installations, infrastructures et réseaux…).

Dans un souci d’efficacité, vous avez besoin d’une excellente coordination avec les autres intervenants dans l’organisation du plan Vigipirate. Privilégiez des exercices terrain réguliers et des moyens de communication adaptés parmi les solutions innovantes PMR, LTE…>>.

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *